L'Esquisse, Service de psychopathologie de l'adolescent et du jeune adulte, Centre hospitalier René Dubos, Pontoise

Septembre 2015 / Juin 2016

Culture à l'hôpital

Ministère de la Culture et de la Communication, Direction régionale des affaires culturelles Ile-de-France

Agence régionale de la santé Ile-de-France

Abbaye de Maubuisson, site d’art contemporain, Conseil départemental du Val d'Oise

Théâtre de L’Apostrophe, scène nationale, Cergy-Pontoise

PLASTILINE

Cinéma d’animation, théâtre d’ombres

La société malmène les adolescents. Le cinéma, les jeux vidéos offrent des échappatoires qui surenchérissent dans la brutalité.

Le dispositif Plastiline articule matière et lumière dans un jeu avec les images. Il invente un espace utilisable comme un refuge.

La plastiline est une matière synthétique, chaude, colorée. Elle génère des formes molles, rondes, des espaces doux, silencieux.

Le matériau refuse tout détail, laisse peu de prise à la narration. L’approximation du modelage, l’archaïsme de l’animation image par image désamorcent toute tentative de dramatisation, tracent des univers nécessairement épurés.

L’écran de rétroprojection délimite deux espaces complémentaires. Le spectateur à l’avant, les jeux de lumière à l’arrière. Translucide, l’écran protège le joueur du regard de l’autre. Il génère un espace singulier où le jeu est possible.

L’écran est un lieu préservé. Le corps est présent sous une forme allégée, indolore. La lumière seule se dépose, dans un théâtre d’ombres fugitif porté par le plaisir de l’instant.

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player